Les péripéties des pièces 20 francs or Napoléon à travers l’histoire

Une expression courante chez les numismates est que les pièces de monnaie sont des morceaux « d’histoire entre vos mains ». Ce sont des reliques tangibles d’époques révolues, avec des histoires intrigantes, directement liées à des événements marquants, des guerres, des révolutions et à des personnages célèbres. Les pièces de monnaie de la France du XIXe et du début du XXe siècle en sont la quintessence. De 1800 à 1914, le pays a connu un coup d’État surprise, a retrouvé son statut d’empire, a fait déposer son célèbre dirigeant, est redevenu une république, puis a enduré la guerre. Tous ces épisodes se reflètent directement sur les pièces d’or françaises de 20 francs de cette période. Elles présentent de magnifiques dessins, un symbolisme intrigant et un héritage parmi les plus riches des pièces d’or anciennes.

Le Tumulte apporte du changement à la monnaie Française

Les années 1840 et le début des années 1850 ont été instables pour le peuple français. Dirigé comme une monarchie pendant plusieurs décennies, le pays a connu une révolution en 1848. Les citoyens se sont révoltés contre le roi Louis-Philippe et ont adopté une nouvelle forme de gouvernement républicain.

Immédiatement, le montant de 20 francs or de la France a été modifié pour refléter cette nouvelle gouvernance. Les portraits de Louis-Philippe ont disparu ; sa ressemblance a été remplacée par un ange écrivant la constitution française.

Cela symbolisait la croyance que la république bénéficiait du soutien et de l’approbation divine.

Au revers de la pièce figurait la devise « Liberté, Égalité, Fraternité », qui se traduit par « Liberté, Égalité, Fraternité ». La république voulait faire comprendre que la France fonctionnait selon une nouvelle philosophie démocratique.

Nouvel empire, nouvel empereur, nouvelles pièces

Cette République française n’a pas duré longtemps. Le président, Louis-Napoléon Bonaparte, dont le mandat est limité par la Constitution, ne peut se représenter. Tout comme son oncle, le célèbre Napoléon Ier, Louis-Napoléon était plutôt ambitieux. Plutôt que de se retirer, il a plutôt organisé un coup d’État et s’est désigné comme président à vie ! Il ne s’arrête pas là, Louis-Napoléon dissout la république et déclare la France à nouveau empire. Bien sûr, il se nomme Empereur et adopte le titre royal de Napoléon III.

Tout comme les précédents dirigeants français, Napoléon III a insisté pour qu’il figure sur les pièces de monnaie du pays. Le 20 franc en or a immédiatement été redessiné avec son portrait sur l’avers, entouré de l’inscription « NAPOLEON III EMPEREUR ». Il a également conservé un élément divin sur les nouveaux 20 francs. Bien que subtile, la tranche est gravée de la devise « DIEU PROTEGE LA FRANCE ». Ceci était destiné à suggérer que Napoléon III recevait également le soutien divin revendiqué par la République aujourd’hui disparue.

Napoléon III s’inspire de son oncle

La première décennie de Napoléon III a été chaotique et turbulente. Il imposa une censure sévère à la presse, emprisonna ses opposants et entraîna le pays dans de nombreuses guerres impopulaires. Néanmoins, Napoléon III voulait projeter une image de réussite. Il exigea une nouvelle conception de son portrait sur les 20 francs, choisissant cette fois de se montrer avec une couronne de lauréat sur la tête, symbolisant la victoire et l’honneur.

Cette décision n’était pas sans précédent. En fait, l’oncle de Napoléon III avait fait exactement le même changement un demi-siècle plus tôt. Les premières pièces d’or de 20 francs frappées sous le règne de Napoléon Ier montraient l’empereur avec la tête nue. En 1807, cependant, une couronne de laurier a été ajoutée à son portrait. Finalement, Napoléon III a connu un destin similaire à celui de son oncle. En 1870, le jeune Napoléon se retrouve à la fin d’une guerre avec la Prusse. L’empereur fut capturé et finalement exilé en Angleterre. En apprenant la défaite de Napoléon III, le second empire français de 1852 à 1870 a été déclaré terminé.

La République française retrouve son ange

Après la capture de Napoléon III, la France est redevenue une république, un statut qu’elle a conservé jusqu’à la Seconde Guerre mondiale. Avec le rétablissement de la démocratie, le célèbre dessin d’ange de 1848 à 1849 a été ramené pour les 20 francs d’or. Ce motif iconique est resté en usage par la République française de 1871 à 1898. C’est l’un des rares cas où un dessin de monnaie a été déployé, remplacé, puis réintroduit à nouveau.

L’ange de 20 francs a acquis la réputation d’être une pièce porte-bonheur. Beaucoup croyaient que le port de cette pièce apporterait à son détenteur la bonne fortune et la protection divine. Les capitaines de la Marine française refusaient de prendre la mer sans une pièce de 20 francs ange dans leurs poches. Même pendant la Première Guerre mondiale, longtemps après le remplacement de la pièce, les pilotes de chasse de Grande-Bretagne, de France et des États-Unis emportaient avec eux 20 Francs-Ange. Cette pratique aurait même continué pendant les guerres ultérieures du XXe siècle.

Un nouveau 20 francs en or avec un ancien symbole

Les 20 francs en or ont été redessinée en 1899, mais le thème du symbolisme nationaliste a continué. Cette dernière version mettait en scène Marianne, mascotte de la république, sur l’avers. Tout comme Lady Liberty sur les pièces américaines, Marianne est une icône de la démocratie et de la liberté. Depuis 1899, elle est devenue un pilier de la monnaie française et même certaines pièces en euros nouvellement émises représentent son portrait.

Le revers de cette pièce comporte un symbole français encore plus ancien : le coq gaulois. Dans l’Antiquité, le pays aujourd’hui connu sous le nom de France était appelé « Gallus » par les Romains. Curieusement, c’était aussi le mot latin pour « coq ». Et le coq a donc été rapidement associé à la Gaule (c’est-à-dire au territoire romain qui deviendra la France) et est devenu un emblème national. La République française a adopté le coq comme symbole ; il était considéré comme le reflet de la vigilance, de la volonté et du riche patrimoine agricole du pays. Les 20 francs or avec le coq a été émis sans interruption jusqu’à ce que la première guerre mondiale éclate en 1914. Leur âge et ainsi leur faible circulation en font des pièces en meilleur état que les 20 fr Napoléon.

 

%s

X